Quelques réflexions sans tabous sur : Le processus ASSISES Le lien Lutte des classes /Souveraineté populaire, indépendance nationale

Aller en bas

Quelques réflexions sans tabous sur : Le processus ASSISES Le lien Lutte des classes /Souveraineté populaire, indépendance nationale

Message par Alain Chancogne le Ven 7 Juin - 14:05

Avant-propos :











Les ASSISES du Communisme se tiendront fin juin, en cette
période qui confirme que le Gouvernement Hollande s’aligne avec persévérance sur les politiques d ’Austérité
qui, partout dans le monde, et donc sur ce continent, sont mises en place pour
que le Capital puisse, tant soit peu,
endiguer la baisse tendancielle de son taux de Profit, en détruisant
tout ce qui relève de « contraintes » devenues insupportables...,
pour assurer sa pérennité


Rien de nouveau, diront certains, sauf si l’on est d’accord
sur le fait qu’on est là à un stade inédit de CRISE SYSTEMIQUE qui ne peut que
déboucher ,selon la façon dont « les
masses écriront l’histoire »
que sur le COMMUNISME ou une régression brutale , un recul
humain(économique, social, démocratique) , emportant les générations à venir
dans ce que nos anciens » baptisaient « la Barbarie »,
pour l’opposer au Socialisme : un
terrible « grand bon » en arrière, un retour à l’âge des cavernes…






A/ un point de vue
sur ce qui nous rassemble
, :l’UNION des COMMUNISTES






Comme écrivait FERRAT, nous entendons la réaliser





« Au nom de l’idéal qui nous faisait combattre
e



Et qui nous pousse encore à nous battre aujourd’hui »





Personne ne niera que ce qui se profile, a pu naitre parce que depuis des
années-que ce soit à Marseille ou à
Vénissieux(pour ne citer que ces deux villes
) des communistes organisés sous des formes diverses) ont
travaillé ensemble ,et ont estimé que « l’APPEL pour des ASSISE »S, initié en Gironde en
2007, surtout grâce aux réflexions d’un camarade comme Michel Peyret,
pouvait servir de base commune au débat pour avancer des perspectives unitaires
de rassemblement de la diversité révolutionnaire.


Tout ce qui peut, de confusion, de diversion en division, se
dresser en travers du difficile et patient travail d’union populaire pour
briser les reins au Capital., cela doit se débattre fraternellement, sans
tabous.





Ne nous cachons pas
que des approches divergentes existent
entre les individus, les militants, qui sont de cette aventure des ASSISES



Chacun participe avec son parcours, son expérience, de vécus
souvent douloureux de périodes de l’Histoire du mouvement ouvrier, qui ont tellement habitués à surutiliser
le « nous
» que le « je » revendiqué afin de nourrir le »
Collectif pluraliste » qui porte notre initiative, peut parfois passer, à tort, pour un rejet
de l’existant ;



Il n’en est rien ; nous sommes tous des individus communistes, à égalité de droits,


Nos Assises seront un laboratoire démontrant r que des FEMMES et
des Hommes, à titre individuel ,
construisent ,
en mettant en place une structure souple ,pérenne, de coordination à
l’échelle du Pays , totalement
indépendante de partis, associations, cercles, groupements existant ici ou là,

soit , pour parler clair, en lien organique avec le PC,
tant
en terme de projet , de stratégie, que de débat sur ce qui devra , un jour,
naitre comme ORGANISATION REVOLUTIONNAIRE,
du « jamais vu » , du
« neuf » qui, Marx nous
l’enseigne
entre toujours en conflit avec l »ancien…



B/UN point de vue
sur LUTTE des CLASSES, ETAT, NATION, et donc combat contre ce qui a été conçu
pour tenter de retarder le processus révolutionnaire, l’abolition du
Capitaliste,.



Nous avons des façons différentes –me semble-il, qui ne
relève pas que de »nuances »
sur un terrain de u combat ;


Je veux parler, , des « approches » sur la façon dont on entend lier le combat de classe à la réalité
incontournable d’existence de structures visant à nous empêcher de nous frayer
un chemin complexe pour CHANGER de SOCIETE



Donc, puisque notre devoir est de faire bouger le curseur
K/travail, ici, en France,notre responsabilité est historique.








Si nous voulons faire
plier le genou au Capital
, renforcer les rapports de force , avancer au
rythme des Luttes et des « bougés » dans les consciences, vers une société de liberté poussée
jusqu’au bout,alors il nous faut prendre en compte ce que signifie la souveraineté populaire , celle qui
assure la souveraineté de chacun, ou la classe ouvrière les couches sociales
que l’on passe au karcher du recul humain , peuvent t s’unir, afin d’aider à ce
que de Paris à Athènes, l’expropriation de voleurs de richesses restituent
ce qui est à NOUS,
tant « rien n’est à « eux »


Afin que la Majorité
puisse, enfin, envisager de connaitre le
Bonheur qui est pour moi la meilleure définition du Communisme



Dans arsenal de notre bourgeoisie –et des autres
bourgeoisies "nationales »" sur ce continent, il y a cette
fameuse "construction européenne "


Quitte à alourdir cet article, rappelons quand même des
éléments-clés de cette cohérence de CLASSE qui conduit, aujourd’hui, à ce que, CRISE du Capitalisme oblige,
« ils » passent la vitesse supérieure de destruction de tout ce qui
dérange leurs plans défensifs, face à la montée des colères.


Quitte à me répéter, je crois utile de relire l’analyse
pertinente d’un journaliste comme BOIRAL, en 2OO3


http://www.monde-diplomatique.fr/2003/11/BOIRAL/10677






Les
interventions s’articulent autour de quelques idées fondatrices qui ont été
largement relayées par le politique. La première est la nécessité d’un «
nouvel ordre
international
». Le cadre national serait trop étroit pour traiter
des grands enjeux mondiaux dont la «
complexité » et l’« interdépendance » sont sans
cesse réaffirmées. Une telle analyse justifie et légitime les activités de la
Commission, à la fois observatoire privilégié et contremaître de cette nouvelle
architecture internationale.

Ce rappel permet, c’est du moins mon opinion, de mieux
situer, combien est de caractère inter-nationaliste notre dénonciation de tout l’édifice dont les fondations remontent aux années
47…



Une construction européenne qui a comme « charte » un certain ACTE
UNIQUE dont Wikipedia donne l’histoire
et le BUT


https://fr.wikipedia.org/wiki/Acte_unique_europ%C3%A9en



L'Acte
unique européen
(souvent abrégé en Acte unique ou en AUE) a
été signé par 12 États les
17 et 28 février 1986, respectivement à Luxembourg et à La Haye1, et est entré
en vigueur le
1er juillet 1987. Il se nomme
l'Acte unique européen car c'est la première fois que l'on retrouve dans un
traité des dispositions communautaires (supranational) et des dispositions
intergouvernementales (international). Il est dû en grande partie à
Jacques Delors qui a souhaité
relancer le processus d'intégration européenne après la période d'«
euroscepticisme » qui
avait suivi les
chocs
pétroliers
des années 1970.



Un acte unique voté par le parlement français….par TOUS les socialistes
et..tous les soi-disant héritiers du
« gaullisme » , avec le seul rejet du PCF…. (Encore non rallié à des
positions dites "euroconstructives" par le Pc plus tard !)


Sur 498 députés si neuf « gaullistes » ne participèrent pas au
vote pour diverses raisons, 211 PS, 148
RPR, 129 UDF unirent leur voix,
tandis que les 33 députés lepénistes..s’abstenaient courageusement !


Pourquoi ce rappel ?


Des camarades-amis que j’estime et qui se reconnaitront ne m’en voudront pas
de dire avec franchise ce que je pense de la cohabitation de mots d’ordre de slogans« comme SORTIE de


l ‘UE
et de‘EURO », ou des textes
se référant à la RESISTANCE, au CNR
,





……. avec des publicités faite à des
gens qui deviendraient « compagnons de résistance 2013 » parce qu’ils
s’enroulent dans le drapeau tricolore. !






Alors qu’ils viennent à peine de se fâcher avec l’UMP ou qu’ils ont été
carrément des collaborateurs fidèles d’un Pasqua, « gaulliste »
certes mais homme du SAC et responsable par exemple de l’assassinat du jeune
Malik








Ceci réaffirmé pour dire que je ne sens aucune empathie avec
des thèses de « rassemblement d’union du peuple » qui s’inscrivent
dans une sorte d’héritage de combats communs des années 42-45, de notre
bataille contre la CED !


Pour être encore plus direct-et quitte à sembler faire un
procès d’intention à des camarades qui sont partie prenantes des ASSISES je n’entends pas m’inscrire dans des recherches de
« convergence à mettre en avant,
avec tel adversaire de ce que nous
combattons sur des bases révolutionnaires
((par exemple les pouvoirs
supranationaux de l’U.E, l’accélération de recherche d’encore moins
d’indépendance nationale),


Que Pasqua, Fillon, et des « gaullistes »
aient, comme nous, voté et appelé à dire
NON à Maastricht, que le NON du TCE n’aurait pas triomphé sans les voix d’extrême droite, c’est une réalité..


Je lis toujours avec intérêt ce qu’écrivent mes amis en
rappel de ce qui a été réalisé au sein du CNR..


Je pense utile de rappeler que si la bourgeoisie qui
s’abritait derrière de Gaulle dut « pactiser » avec les militants communistes, leurs dirigeants,
c’est non seulement parce que les travailleurs et leur PARTI, ne pouvaient pas
être mis à l’écart, mais parce que (ma ville de BORDEAUX avec un Caban en est
un exemple flagrant) le « gaullisme » permit le
recyclage(comme on le dit des déchets)... de tout ce que le Capitalisme
comptait très majoritairement de "kollabo " ayant cru, un
temps avec Pétain gagner le match revanche contre le Front populaire !






Nous ne sommes pas en
1944..



De
label »gaulliste
» (par ailleurs des plus discutable) ou nostalgique de la "Révolution nationale », Ou-ouiste
ou Moniste (car le Capital ne met jamais
ses œufs dans le même sac
), notre
bourgeoisie est avant tout, et depuis belle lurette VERSAILLAISE !



Elle peut aussi bien
fusiller, selon les époques un SEMARD ,
massacrer du patriote algérien un 17 octobre 61, assassiner nos neuf camardes à
Charonne le 8 mars suivant.


La bourgeoisie
peut aussi « bien »
monter à l’assaut des corons avec un Jules MOCH de gauche que préparer avec un
Massu un éventuel écrasement des révoltés de Mai 68…


SANS le rappel
constant de l’incompatibilité totale
entre visée communisme et telle ou telle
position d classe de tels ou tels
dirigeants, élus, personnalités qui ne
sont pas de" notre camp
", nous pourrions
certes »fabriquer » de l’ "anti-UE " mais en
aucun cas de l’action de masse pour SORTIR…du Capitalisme!





Sans référence permanente au besoin d’intervention des masses, des
travailleurs, sur l’ensemble de ce qui fonde les antagonismes de classe, on
peut certes aboutir à quelques similitudes d’expression sur des conséquences de
situation mais on n’est plus dans une démarche révolutionnaire.


La Nation est à défendre, l’UE est à faire imploser, parce que tout
communiste conséquent se référant à au dépérissement de l’ETAT..encore faut-il
qu’il EXISTE pour que sa conquête par les travailleurs permette de s’en
débarrasser dans un mouvement d’inter-Nationalisme prolétarien, pour reprendre
une expression que je crois toujours actuelle.





Tout ce dit, avec le souci d’aborder nos Rencontres à Marseille sans que des
zones d’ombre puissent exister sur ce qui nous rassemble..


Cordialement


Alain Chancogne


Militant du Communisme

Alain Chancogne
Admin

Messages : 36
Date d'inscription : 16/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum